Enquête sur les amphibiens sur les routes

Du 15 janvier au 15 avril

En partenariat avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux Bourgogne-Franche-Comté.

© L. JOUVE
Que faisait ce crapaud sur la route à la tombée de la nuit ?

Au retour des beaux jours, il n’est pas rare d’observer des amphibiens sur certaines portions de routes à la tombée de la nuit. En effet, les amphibiens sortent de leur cachette hivernale afin de rejoindre leur site de reproduction (étangs, mares, fossés, sources…) et peuvent parfois parcourir plusieurs kilomètres en quelques jours. Cela s’appelle la migration pré-nuptiale. Malheureusement, les trajets de migration sont souvent entravés d’obstacles, dont les plus dangereux sont les axes routiers, traversés en certains endroits par plusieurs milliers d’individus. Sur les voies les plus passantes, ce sont parfois de véritables hécatombes qui se produisent, et plusieurs centaines de grenouilles, crapauds, tritons ou salamandres se font écraser en une nuit.

Y a-t-il beaucoup de sites d'écrasement d'amphibiens en Bourgogne ?

Dès 1998, la SHNA-OFAB et le Parc naturel régional du Morvan ont lancé un inventaire des écrasements des amphibiens sur les axes routiers. Depuis, de très nombreuses données ont été consignées dans la BBF, la base de données bourguignonne sur la faune sauvage.Fin 2022, la BBF compte 8 577 mentions d’amphibiens sur les routes sur 2 680 sites. Ces données nous permettent de faire ressortir les sites à forts enjeux d’écrasement (appelés « points noirs »). Nous pouvons ensuite mettre en place des actions de sauvetages routiers adaptées. En 2022, 7 actions de sauvetage sont en place sur le territoire bourguignon dans le cadre du SOS Amphibiens. Mais il existe des sites à forts enjeux actuellement non protégés. Sur les sites non protégés, la mortalité reste malheureusement toujours élevée!

De plus, la connaissance des enjeux du territoire est encore incomplète: c'est pourquoi le repérage des portions de route accidentogènes, puis le suivi de ces zones de passage est crucial pour la conservation des amphibiens. Si vous voyez un amphibien sur la route, qu’il soit mort ou vivant, faites-le nous savoir!

Les amphibiens les plus fréquemment observés faisant partie de l'enquête :

Toutes les espèces d’amphibiens présentes en Bourgogne sont victimes de la mortalité routière. Cependant, certaines se font plus fréquemment écraser que d’autre. Tout en haut de ce triste podium, on retrouve le Crapaud commun, espèce la plus écrasée en Bourgogne mais aussi dans toute la France. En effet, cette espèce est très grégaire avec une reproduction explosive, et de nombreux individus se retrouvent ainsi en très grand nombre en même temps sur les routes.

Plus petits et discrets, les tritons sont peu trouvés sur les routes, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas victimes des voitures.

Crapaud commun © L. JOUVE
Voir la fiche espèce

Grenouille agile © N. VARANGUIN
Voir la fiche espèce

Grenouille rousse © D. BOURGET
Voir la fiche espèce

Salamandre tachetée © M. JOUVE
Voir la fiche espèce

Triton alpestre © D. BOURGET
Voir la fiche espèce

Triton palmé © D. BOURGET
Voir la fiche espèce

Pour participer à l'enquête

Saisissez vos observations d'amphibiens sur les routes en vous rendant dans "les enquêtes en cours" ci-dessous. Si l'enquête n'est pas en cours actuellement, rendez-vous ICI sur E-observations. Vous avez observé un amphibien sur la route mais vous n'avez pas pu identifier l'espèce ? Cette observation nous intéresse quand même puisqu'elle nous indique un site de passage. Il vous suffit de sélectionner dans le formulaire de saisie "Grenouille ou Crapaud non identifié" ou bien "Triton/Salamandre non identifié" selon la silhouette des individus observés.

Si vous souhaitez vous investir pour les amphibiens, consultez notre page SOS Amphibiens.